Nord-Kivu : des ONG environnementales exigent la démilitarisation du Parc national des Virunga

image du parc de virunga image du parc de virunga
36 Views

Dans une lettre de ce lundi 16 novembre adressée au commandant de la 34ème région militaire, dont une copie est parvenue à la rédaction pamojardcongo.net, vingt-huit organisations environnementales dénoncent la persistance de l’insécurité dans et autour du Parc national de Virunga.

De cette lettre intitulée « SOS sur la persistance de l’insécurité dans les agglomérations riveraines du Parc National de Virunga », ces ONG encouragent les opérations menées par l’armée contre les groupes armés faisant du Parc national de Virunga, leur zone de prédilection pour ainsi y dictée la loi.

Elles dénoncent cependant les « conséquences de l’action militaire dans ce site » sur les ressources biologiques de la région.  

Les signataires déplorent la présence et l’activisme des groupes armés, en dépit des opérations ;de plus ces groupes armés se livrent à des activités illégales dans le Parc National de Virunga  en commettant des braconnages, la carbonisation, la pêche illicite pour garantir l’autofinancement des leurs activités criminelles.

Sur un autre plan certains éléments FARDC qui y sont déployés seraient aussi impliqués dans des actes similaires. Peut-on lire dans leur correspondance  

Et d’ajouter plus de 4500 pirogues de pêche œuvrant sur le lac Edouard, en ordre ou en infraction, se livrent à des actes de pillage à la solde de certains éléments de l’armée.  En même temps, elles versent obligatoirement au moins 5 dollars par semaine par pirogue de pêche aux Maï-Maï.

A cela, il faut ajouter le phénomène de kidnapping des civils, qui devient très courant dans la zone, soulignent ces organisations.

Elles plaident pour la relève de toutes les unités commandos FARDC du paysage Virunga par une unité spécialisée, dénommée « Corps de protection des parcs nationaux (CPPN) ». 

En réaction à cette lettre, le porte-parole de la 34è région militaire, le Major Ndjike Kaiko, a enfin promis de répondre à ces préoccupations incessamment. 

Rappelons que les parcs nationaux et  les réserves naturelles de la République Démocratique du Congo sont pris en otage par des groupes rebelles qui y font la loi.

Jeannette Namwezi

Leave a Comment

Your email address will not be published.

In the news
Load More