RDC : KJN-ASBL engage 50 ONG des jeunes au plaidoyer et monitoring des droits humains au Sud-Kivu

Atelier KJN Atelier KJN
165 Views

Le deuxième et le dernier jour de l’atelier de renforcement des capacités des organisations des jeunes du Sud-Kivu sur le monitoring et le plaidoyer en faveur des droits humains, organisé par KJN-ASBL, s’est tenu ce 07 novembre 2020 à Nard Hôtel en commune d’Ibanda, dans la ville de Bukavu. Cette deuxième journée a principalement été centrée sur la capacitation des participants sur la manière de faire le plaidoyer. Ce qui a complété la première journée qui a porté sur le monitoring en faveur des droits humains. Une formation dont la théorie se marie à la pratique.

L’un des bénéficiaires, en la personne de Ledoux Nkunzimwami, acteur de la société civile du Sud-Kivu et du Réseau Ouvrier d’Impact, rassure avoir été « satisfait de la matière reçue » tout en soulignant qu’il n’y est pas sorti main bredouille.

«  Après cette séance nous ne sommes pas sortis comme nous y sommes entrés. Nous avons été édifiés sur le plaidoyer et le monitoring sur les droits humains et c’était aussi une occasion de partager des expériences entre jeunes de la province du Sud-Kivu, »


Déclare-t-il, tout en recommandant à KJN-ASBL de « perdurer dans cette action noble. »

De sa part, le facilitateur de cette formation, en la personne de Maître Justin Bahirwe soutient que cette assise « a consisté en la mise en œuvre des actions de lobbying et plaidoyer pour aboutir à un changement individuel, institutionnel et communautaire au niveau de la base. » Par conséquent, cet Avocat espère que les participants vont « capitaliser toutes les notions apprises », tout en encourageant KJN-ASBL « pour avoir pensé engager la jeunesse » dans cette lutte.

Quant à la sentinelle de cette organisation dont « la jeunesse est devenue le pain quotidien », Madame Jolly Kamuntu, l’espoir est immense à la clôture de cette formation, dans l’attente du changement à tous les niveaux en province en particulier et au pays en général.

« J’ai le sentiment de joie et d’espoir à la fin de cette assise. Heureuse d’avoir rencontré la jeunesse devenue notre pain quotidien et espoir puisque l’avenir est prometteur en ces jeunes qui se montrent déterminés, engagés à agir ensembles et constituer une force pour changer les choses. »


Rassure Madame Jolly Kamuntu qui dit attendre de cette jeunesse « la mobilisation, la conscientisation et les actions concrètes sur terrain. » En sus, elle attend du gouvernement de « prendre la jeunesse comme une opportunité et à investir en elle. »

Cette séance s’est bouclée par la remise des brevets de participation à tous les jeunes qui ont été envoyé à la praxis des théories reçues et pas le mot de la division provinciale des droits humains qui a déclaré close cette activité.

Cito Cibambo Ferdinand

Leave a Comment

Your email address will not be published.

In the news
Load More