RDC : La présence de la Monusco mise en question par Martin Fayulu

Crédit,Logo monusco Crédit,Logo monusco
83 Views

Dans un entretien accordé à Martin Fayulu ce 22 septembre 2020 sur les ondes de France TV, l’opposant congolais met en question la présence en RDC de la Mission d’observation des nations unies au Congo. Il évalue la mission de cet organe de moins satisfaisant à la vue de sa tâche lui conférée et la réalité sur place.

A la question de savoir si la Monusco a rempli son rôle, Fayulu observe qu’il y a un délaissement total quant à la protection des paisibles citoyens. Selon ses dires, la Monusco serait à même de donner des vraies raisons des telles exactions dont  sont victimes les milliers d’innocents.

« On constate que le civils ne sont pas protégés. On tue tous les jours dans l’Est. La Monusco (plus de 17 000 hommes) doit nous dire pourquoi les civils ne sont pas protégés, comment on continue à tuer en présence des forces onusiennes. Leur mission leur permet d’intervenir pour protéger les civils et stabiliser la situation, mais les résultats sont bien en dessous de ce qu’on attend. En même temps, leur présence évite qu’il y ait plus d’exactions et s’il y a des exactions, ils en sont témoins et pourraient nous dire la vérité. »

Dans ce même cadre, le candidat malheureux à la présidentielle de 2018 joint le Docteur Denis Mukwege et pense qu’un tribunal international spécial doit élire domicile en RDC à fin de dire la vérité sur toutes ces atrocités restés enfuies dans un tiroir newyorkais.  

« Le rapport Mapping de l’ONU est une très bonne chose. Il a permis d’identifier des atrocités, des massacres, des viols, des crimes dont certains peuvent être qualifiés de crimes de guerre. Mais comme l’a dit le Dr Mukwege, ce rapport moisit dans le tiroir d’un bureau à New York. Il faut le sortir, le ressusciter et continuer à faire des investigations. Nous demandons, comme le Dr Mukwege, la création d’un Tribunal international spécial pour la RDC afin d’examiner toutes ces actions, savoir qui sont les auteurs et les instigateurs. Il ne peut pas y avoir de réparation sans vérité et sans justice. La vie des Congolais compte et il y a énormément de souffrances. Des familles ont été décimées, il faut que justice soit rendue. Tant que nous resterons dans le déni de justice et l’impunité, nous ne pourrons pas avoir de paix ni de bonnes relations avec les pays voisins. »

Plaide-t-il.

La Monusco serait en train de préparer ses valises en vue de quitter définitivement le sol congolais. Une sortie qui devrait mettre le congolais sur le terrain de la pacification de tout le territoire du pays sous peine de voir revenir les forces onusiennes. Un pas de géant est à faire.

Rédaction Pamoja

Leave a Comment

Your email address will not be published.

In the news
Load More