RDC : Un constat amère fait à la veille du procès Kamerhe et consort

198 Views

Le procès en appel de Vital Kamerhe  et consort se veut ce 18 septembre 2020, à moins que tout change. Entre les murs, les observations, descentes sur terrain, les inspections et l’interprétation de ce qui s’est offert à l’œil est désolation.

“Nous avons visité le parc (de villas du Camp Tshatshi ), la situation est catastrophique. Il se révèle, après cette visite, plusieurs défaillances techniques notamment l’absence de viabilisation, le non aménagement du site et puis les maisons ont été tout simplement construites sur un sol meuble pouvant provoquer leur affaissement”,



Alerte Pius Muabilu, Ministre d’Etat en charge de l’Urbanisme et Habitat. Qui prévient : “en tout cas, s’il y a une forte pluie, (cet affaissement) va arriver”.

Autres défaillances constatées, le ministre de l’Urbanisme et Habitat énumère

“l’absence d’études préalables du sol, de livres topographiques, de plans d’assainissement du site, l’absence d’adduction d’eau, de raccordement en électricité et d’installation domestique, l’absence de caniveaux, d’exécutoires pour la gestion et le drainage des eaux des gouttières, des fosses septiques et des puits perdu”.

En sus,

“les maisons sont posées et montées sur des dalles amovibles de plus ou moins 15 centimètres, sans pilotis sur ce terrain. L’autre constat qu’on a fait, ce que le reste des maisons qui ne sont pas montées, sont jetées à même le sol, exposées au soleil et toutes les intempéries”,


 pointe encore Pius Muabilu, qui plaide, par ailleurs, pour la reprise des travaux.

Il dit avoir battu le rappel des troupes concernées par “cette affaire”, c’est-à-dire la
Regideso, l’Office de voirie et drainage (OVD), la Société nationale d’électricité (SNEL), les experts de la Primature.

“Ils devraient s’associer à mon ministère, pour que chacun, en ce qui le concerne, apporte sa contribution en vue de la poursuite des travaux”, indique le Ministre Muabilu.


La construction des maisons préfabriquées dédiées aux militaires, est l’un des projets phares du Programme d’urgence du Chef de l’Etat, dit programme des 100 jours. Elle a été confiées aux sociétés Husmal et Samibo de l’homme d’affaires libanais Samih Jammal.
Celui-ci a été condamné à 20 ans de prison pour détournement de près de 50 millions de dollars destinés à financer justement ces travaux, corruption et blanchiment des capitaux.
Même  peine infligée au Directeur de cabinet du Chef de l’Etat, Vital Kamerhe, reconnu coupable des mêmes chefs d’inculpation.

Une nouvelle audience du procès en appel se
tient en principe ce 18 septembre 2020. Ses avocats et ses partisans attendent une issue satisfaisante de cette préséance. Surtout que la santé du condamné est dite précaire.

Avec Dic

Leave a Comment

Your email address will not be published.

In the news
Load More